Les origines de l'Eutonie



L'Eutonie, ( du grec EU : bon juste et TONOS : tension tonus) est la recherche du tonus juste, tonus physique et psychique

L'Eutonie a été créée par Gerda ALEXANDER, Danoise d'origine Allemande née le 15 février 1908 à WUPPERTAL, décédée le 21 février 1994.
Ses élèves français ont fondé l'Institut D'EUTONIE qui assure la formation des cadres d'Eutonie.

L'Eutonie est basée sur la conscience du corps, elle propose des pistes de travail qui permettent à chacun de se prendre en charge.
- Conscience de la peau enveloppe du corps limite et lieu d'échange avec l'environnement
- Conscience de la charpente osseuse et des articulations
- Conscience de l'espace et de la place du corps dans l'espace
- Conscience des appuis, de la poussée et des prolongements débouchant sur le mouvement

L'Eutonie est la recherche de la liberté du corps et de l'esprit. Il s'agit d'une pratique physique offrant la possibilité à chacun de prendre acte de ses tensions musculaires et psychiques de les détendre, pour trouver équilibre et harmonie.
Le tonus musculaire et psychique comme tout ce qui vit doit s'adapter en permanence aux influences tant extérieures qu'intérieures que sont :

- Les émotions
- L'action
- Le repos
- La vigilance
- Le stress

Si nous ne prenons pas les choses en main nous sommes vite submergés et arrive la cohorte des maux divers et variés :

- Maux de dos
- Cervicalgies
- Dorsalgies
- Lombalgies et autres « algies »

Pouvant entraîner des conséquences plus graves : fractures, problèmes cardiaques, problèmes digestifs, ulcères, colites etc.
La pratique de l'Eutonie permet de vivre son corps, d'intégrer ce lâcher prise dont on nous parle tant. Il ne suffit pas d'en parler pour y accéder,
Seule, une prise de conscience et une connaissance progressive de soi dans sa réalité physique et psychique peut permettre cet aboutissement.

Nous, occidentaux, nous nous penchons volontiers sur le détail, l'infiniment petit, nous nous spécialisons !

Le spécialiste connaît tout de sa spécialité « Tout, dans la limite des capacités et connaissances actuelles ». Le fait de connaître tout d'une partie d'un individu ne résout le problème dudit individu que si l'on raccroche cette partie au tout et si l'on cherche la signification de cette altération en examinant attentivement tous les plans de vie de la personne :
- Son alimentation
- Son hygiène de vie « sommeil, équilibre entre repos et activité, hygiène corporelle »
- Ses antécédents familiaux
- Ses conflits « aussi bien affectifs, que dans sa profession ou la société »
- Ses peurs
- Les rancunes qu'elle entretient, parce que non exprimées, en temps et heure à la personne concernée
- L'influence du milieu
- Climat : intempéries
- Conditions sociales et matérielles.
- Toutes les barrières qu'elle se met (est-ce qu'elle s'autorise à ?)

Tous ces paramètres vont permettre de mieux comprendre pourquoi une personne développe telle ou telle pathologie. - Pathologie que nous pouvons rattacher symboliquement à un comportement inadéquat de l';individu face à une situation qu'il subit et qu'il ne peut donc examiner objectivement, noyé dans ses émotions.

La conscience d'être un TOUT, et non un corps, instrument corvéable à merci, que l'on n'écoute pas et que l'on force, et une tête, partie noble, qui seule doit être nourrie et considérée. Un TOUT, participant au TOUT, recevant du TOUT.

Cette conscience nous permet d'être NOUS, enfin NOUS, non la continuité d'une lignée fatalement obligée de reproduire les comportements passés, de développer les maladies de la mère ou du père, de la grand-mère ou du grand-père.
Elle nous permet aussi d'accéder à l'humilité, d'aller à l'essentiel et par conséquent d'entretenir des relations plus harmonieuses avec notre entourage,
« qu'il soit affectif (parents), ou professionnel (collègues, hiérarchie) ».

Notre conscience, nous la développons par la pratique de l'Eutonie !